mercredi 16 février 2011

Des pseudo-sciences au programme de l'Université Populaire d'Aubenas.

Le Dauphiné Libéré du mercredi 16 février 2011 nous apprend, page 15, que l'Université Populaire d'Aubenas organise vendredi 18 une conférence consacrée à la numérologie, présentée comme une « méthode attribuant des propriétés aux nombres ». Le quotidien, pas plus que les organisateurs, ne semble vouloir démystifier cette « méthode », et nous annonce au contraire qu' « Outre l'aspect divinatoire souvent mis en avant, la numérologie permet d'accéder à la connaissance de soi »
[il n'y a pas de guillemets encadrant cette citation dans le Dauphiné Libéré, qui semble donc reprendre ces affirmations à son compte]

Le site de l'Université Populaire d'Aubenas :

http://universite-populaire-aubenas.fr/

nous en dit plus sur le sujet :

« La numérologie est l’étude de la personnalité grâce au déchiffrage des noms et prénoms et à l’examen de la date de naissance. Elle est fondée en particulier sur la valeur symbolique des nombres. Pour un amateur de numérologie, l’interprétation du thème lui permet d’accéder à un but et une étude complète peut apporter une aide dans ses relations avec les autres, pour faire des choix, pour comprendre le passé et préparer l’avenir. »



Chacun est bien entendu libre de croire ce qu'il veut, mais il est quand même parfaitement regrettable qu'une organisation se réclamant semble-t-il, au moins par son nom, d'une forme d'Education Populaire, fasse la promotion de telles fadaises. Il est même inquiétant d'imaginer, sur la base de cette présentation, que des gens pourraient vraiment faire des choix concernant leur existence à partir de sornettes de ce genre. Pour le personnes les plus fragiles, il peut y avoir là un risque de dérive sectaire évident.

Etudier la personnalité « grâce au déchiffrage des noms et prénoms et à l’examen de la date de naissance. »?
On peut penser que notre personnalité, au delà du poids de déterminations socio-culturelles et de notre histoire propre, est essentiellement ce que nous en faisons, et ne doit absolument rien à notre date de naissance (qui est globalement le résultat hasardeux du moment de la rencontre d'un spermatozoïde et d'un ovule 9 mois plus tôt), ni à notre nom et prénom (qui, par ailleurs, ne sont pas des nombres, sauf à s'appeler Douze ou Pi, ce qui est somme toute assez peu fréquent). Quel rapport de cause à effet peut-il exister entre un nom et une personnalité, entre une date de naissance et une personnalité ? Ni plus ni moins qu'entre le fait de croiser un chat noir et de voir ensuite son équipe de foot préférée se faire étriller 5 à 0.
Deux personnes nées le même jour à la même heure auraient donc la même personnalité, du simple fait de ce hasard ? Imaginons des parents qui hésitent entre deux prénoms : Raoul [4 lettres] ? Non, finalement, ce sera Jean-Baptiste [13 lettres sans compter le tiret]... et voilà la personnalité du futur enfant déjà modifiée ?

Plusieurs ressources sceptiques sont disponibles en ligne à propos de la numérologie :

Présentation générale de la numérologie sur le site Charlatans.info, en deux épisodes :
http://www.charlatans.info/numerologie.shtml
http://www.charlatans.info/numerologie2.shtml

L'Afis propose sur son site national plusieurs articles consacrés à la numérologie, et notamment :
« La numérologie pourrait être scientifique.. », de Jean-Paul Delahaye :
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article790
« Rions un peu avec la numérologie », de Raymond Carpentier :
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article147
-

Il est enfin possible de commander en ligne le livre de notre ami Nicolas Gauvrit, « Quand les nombres font perdre la boule : numérologie et folie des grandeurs »

http://www.book-e-book.com/index.asp?fx=2&p_id=141

Nicolas Gauvrit est mathématicien et s'intéresse aux usages pseudo-scientifiques des nombres, notamment dans le domaine de la psychologie. Un intervenant tout trouvé pour une Université Populaire soucieuse de diffuser du savoir et non des croyances potentiellement aliénantes.




On peut constater, en parcourant le programme de l'Université Populaire d'Aubenas, que cette dérive pseudoscienfique n'est pas chez elle une nouveauté : le stage sur les huiles essentielles (facturé 58 euros par personne, quand même !) n'inspire a priori pas grande confiance, pas plus que les conférences consacrées à l' « analyse existentielle » ou à la « psychanalyse à l'usage des enfants ».
C'est l'occasion de rappeler que le numéro « spécial psychanalyse » de notre revue est toujours en kiosques (à Aubenas aussi, probablement...)




Précisons pour finir que si l'on ne comprend pas très bien pourquoi une Université Populaire fait figurer à son programme la promotion de la numérologie, on comprend bien quelle peut être la motivation d'Isabelle Lefèvre, l'intervante.
Celle-ci semble être multicartes dans le domaine des entreprises charlatanesques, avec plusieurs cordes à son arc et de très nombreuses "compétences" : numérologie, mais aussi tarologie, radiésthésie, magnétisme, naturo-thérapie, et même "bilan et rééquilibrage énergétique" [quoi que cela veuille dire] :
Aucune de ces disciplines n'a le moindre fondement scientifique - le lecteur pourra se reporter au site national de l'Afis ou à charlatans.info pour se renseigner plus avant-, et ne repose sur des "compétences" autres que celle d'envoûter le client. Il est malgré tout surprenant de voir quelqu'un revendiquer la maîtrise professionnelle d'autant de disciplines différentes, ce qui devrait étonner même ceux qui y croient. Certaines d'entre elles ont d'ailleurs des prétentions médicales, ce qui peut s'avérer dangereux pour les personnes malades qui iraient consulter cette pseudo-thérapeute au lieu de voir un médecin.

Nous ne savons pas si Isabelle Lefevre est payée par l'Université Populaire pour son intervention, mais nous voyons très bien le bénéfice qu'elle peut en retirer, en termes de recrutement d'une clientèle :
Avec des consultations ou des "cours" payés au moins 30 euros de l'heure, Isabelle Lefevre se fait donc rémunérer près de deux fois ce que demandent en moyenne des enseignants pour des cours particuliers, malgré les diplômes réellement universitaires dont ceux-ci peuvent se prévaloir. On peut aussi noter qu'une consultation en naturo-thérapie est ici plus chère qu'une visite chez un médecin généraliste, qui est elle remboursée par la sécurité sociale...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire